Rechercher
  • CIDH AFRICA

Lutte contre les violations dans le secteur de la justice pénale, Une priorité pour la CADHP



Mu par la volonté de promouvoir une approche du recours à la force par les forces de l'ordre en Afrique fondée sur les droits, en développant la capacité de la police et de l'administration pénitentiaire à former leur personnel à l'usage légal, nécessaire, proportionné et non discriminatoire de la force, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) a organisé ce 21 juin 2022 à Pretoria en Afrique du Sud la réunion d’approbation de l’étude sur l’usage de la force par les agents chargés de l’application de la loi en Afrique et de validation du manuel de formation sur le recours à la force par les agents du maintien de l'ordre public et les gardes pénitentiaires et ou correctionnels en Afrique.


Ayant connu la participation d’un parterre de personnalité comme des représentants des Etats, des Institutions Nationales des Droits de l’Homme, des Organisations Non Gouvernementales (ONG), des experts indépendants sur les questions de police et de prison, ainsi que des officiers de police et des gardiens de prison, cette réunion durera deux jours et accouchera comme résultat l’approbation du travail effectué, ayant abouti à la formulation du Manuel de formation, ceci après la présentation de la recherche et de la collecte de données auprès des États membres sélectionnés et d'autres sources.





Usage de la force, détention inhumaine : ce sont là les situations résultantes d’un certain nombre de conditions en vogue dans la plupart des prisons en Afrique. Maria Teresa Manuela, Rapporteuse Spéciale sur les Prisons, les Conditions de Détention et le Maintien de l’Ordre en Afrique explique que ce sont essentiel­lement trois raisons qui sont à la base de cette assise.


C’est ainsi qu’on y note la formulation des normes de formation convenues qui donnent un effet opérationnel aux obligations des États parties à la Charte africaine telles qu'interprétées par l'Observation Générale sur le Droit à la Vie, la sensibilisation sur la nécessité de dispenser une formation complète sur le recours à la force qui aille au-delà du fonctionnement et de l'utilisation des instruments de force, tels que les armes à feu, pour couvrir l'application pratique des principes fondamentaux de légalité, de nécessité, de proportionnalité et de non-discrimination et la validation du travail effectué ayant abouti à la formulation du Manuel de formation dans un cadre de droits concernant l'usage de la force par les forces de l'ordre en Afrique, sur la base de la Charte africaine et de ses instruments interprétatifs.





Amélioration des conditions de détentions téléchargée


Après environ deux jours de réflexions, l’objectif relatif à la validation du travail effectué ayant abouti à la formulation du Manuel de formation dans un cadre de droits concernant l'usage de la force par les forces de l'ordre en Afrique, sur la base de la Charte africaine et de ses instruments interprétatifs a été atteint.


De ce fait, les détenus dans les prisons qui subissaient à tort des injustices peuvent désormais pousser un ouf de soulagement. C’est ainsi que la réunion a pris fin sous une note de satisfaction de toutes les parties prenantes. Désormais, les détenus peuvent se réjouir. Et ceci, grâce à l’activisme de l'Hon. Rémy Ngoy Lumbu, l'Hon. Maria Teresa Manuela, et l'Hon. Idrissa Sow trois artisans par excellence des questions des droits de l’homme en Afrique.

13 vues0 commentaire